Eglise

HISTORIQUE DE L'EGLISTE St JEAN BAPTISTE
Posée sur une colline au sud de la vallée, elle domine l'ancien village qui l'entoure.
Son histoire est malheureusement très mal connue. La construction pourrait dater du milieu du XVI ième siècle à la fin de la période gothique. Les soubassements n'ont guère subi de transformations et l'on y trouve deux marques de tailleurs qui pourraient être de cette époque.
La partie de la façade nord située entre le transept et la tour a été fortement restaurée entre le XIXe et le XX e siècle. Les baies gothiques, entièrement refaites et entourées de briques , ne correspondent en rien aux baies originales que l'on trouve encore sur le transept.
La tour massive, en appareil régulier de grès régional, précède la nef.
Le chœur qui semble avoir gardé son appareil primitif, a toutefois subi des modifications
au cours du XVIIIe siècle : les baies rectangulaires sommées d'un arc en plein cintre sont entourées
d'un chaînage de briques et de pierres. Les façades nord et ouest ont été restaurées
par les architectes W. HANSE & B. EMPAIN en 1986.
C'est par un acte général de confirmation du pape LUCIUS III ( 1183) à l'abbaye de Saint-Denis-En-Broqueroie (env. Mons) que la paroisse de Maurage apparaît pour la première fois dans les documents.
Cette mention tardive doit faire préjuger de l'ancienneté de cette paroisse.
Le patronat de cette paroisse restera propriété de l'abbaye bénédictine de Saint-Denis-En-Broqueroie jusqu'à la Révolution Française.

Si le plan primitif de l'édifice semble avoir été en grande partie maintenu, l'église actuelle présente cependant diverses traces d'altérations, de remaniements et de modifications. Malgré les restaurations, la tour qui garde des meurtrières de défense, pourrait remonter au XIII siècle. Le reste du bâtiment se compose de parties plus récentes remontant aux XVI, XVIII et XIXe siècles. Si En 1420, sur nles directives de l'abbé Guillaume BOUILLART, le transept gothique

(le transept est une nef transversale qui coupe à angle droit la nef principale d’une église et qui lui donne ainsi la forme symbolique d’une croix latine.)

est construit et des nefs latérales créées en élargissant et exhaussant la nef centrale (tracz sur la face est de la tour). Cette partie, signée du sceau de l'abbé BOUILLART, est de la troisième époque ogivale, encore appelé gothique fleuri. L'écusson est meuble de deux bourdons ou épieux en sautoir et d'une clef brocante en face, avec au dessus, G. BOUILLART en lettre gothiques, sur banderolle. Cette écusson était vraisembablement polychrome à l'époque. Le style gothique hennuyer, les marques de carriers et le millésime 1565 attestent une importante campagne de reconstruction au XIII siècle. Le chœur ancien à chevet plat, établi sur une assise de moellons en grès de Bray, fut relevé au XVIII siècle. En 1862, un nouveau chantier rétablit en briques les murs des collatéraux et de la nef ; de cette époque datent les fenêtres néo-gothiques, l'annexe nord bordant la tour et la tourelle méridionale. Rattachée à La Louvière, la commune de Maurage faisait partie de l'ancien doyenné de Binche ; à cette époque l'abbé de Saint-Denis en Broqueroie était collateur et décimateur du lieu.

ARCHITECTURE (détail)

chapiteau d'une colonne engagée, XVI, gothique hennuyer, pierre

 

colonne de la nef, [marques de carriers], XVI gothique hennuyer, pierre

cul-de-lampe (1 de 4), une tête humaine tirant la langue, XVIIIe (?), pierre (grès?), h. 20

fenêtre (et fenestrage), XVIe, gothique, restaurée au XIX, pierre

porche (et portail) sous la tour, un des culots sculptés, XIII, maçonnerie en pierre et moellons recouverte d'un enduit f. XIXe

ARMOIRE

armoire de sacristie : le corps inf., XVIII chêne, 122 X 250 X 82

AUTEL

autel lat. N. avec Agneau de l'Apocalypse, retable avec Anges, Angelots, au couronnement : Angelots adorateurs et Dieu le Père tenant le globe, prov. de l'anc. église du Rœulx, 2e-3e t. XVIII, Louis xv, bois peint, chêne et part, doré

 détails : le trône d'exposition avec Angelots, Epis et Raisins

 statue d'Ange, h. 44, l'Ange du côté g.

 du côté dr.

 

autel lat. S., retable à peinture, statues et têtes d'Angelots, prov. de l'anc. église du Rœulx, 2e-3e t. XVIIIe, bois peint chêne et part, doré

autel majeur avec Monogramme de St Joseph, sur le trône d'exposition : Christ en croix, retable à peinture, dais avec Angelots et Colombe du St-Esprit, xvin6, bois peint chêne et part, doré

 

détails : aileron g.

 

 guirlande de fleurs

la pierre d'autel, datée 1560, pierre, long. 230 (non photographié).

BANC DE COMMUNION

à balustres et décor floral, XVIII, chêne

BLASON

armoiries de l'abbé Guillaume Bourllart (?) (transept N. ext.), XVe ou XVIe, pierre, 34x46

CHAIRE DE VÉRITÉ

sur la cuve : [la Vierge], le Christ et St Jean-Baptiste, dossier avec tête d'Ange, XVIIIe, chêne

détails de la cuve : les bustes de la Vierge

 et du Christ

la rampe avec chutes de fleurettes

le dossier avec tête d'Ange

CONFESSIONNAL

(1 de 2), XVIIIe, remanié, chêne

CULTE (Objet de)

calice, nœud avec têtes d'Angelots, 2e-3e q. XVIIe, Renaissance, cuivre doré, h. 22,5

 

calice attr. à Jehin, Epis et Raisins, striches et poinçons : Mons, fleur de lys couronnée et 70, 1770, argent, h. 25

 

calice, inscr. : « Maurice Juniaux 18 août 1903 », poinçons allemands : couronne, étoile, lune et 800 M, vers 1903, néo-gothique, argent doré, h. 21,5

chrismatoire, don du curé P. Rousseau en 1751 (d'après inscr.), striches et poinçons : Mons, IL couronné et N, vers 1731 ou 1751, argent, h. 6,5 (croix plus en place)

ciboire par G. Denis, de Bruxelles, f. XIX-d. XXe, néogothique, cuivre ou laiton doré, h. 32,5

croix de procession, 2e m. XVII 1re m. XVIII, cuivre (plus en place)

croix de procession, Monogramme de Jésus et Angelot avec banderole, 2e m. XIXe, métal argenté et Christ en laiton doré, h. 65

 

crucifix, socle avec Delta mystique, f. XVIII, Louis xv-Louis xvi, bois peint chêne et part, doré, h. 83

 

crucifix, socle avec symboles de la Mort : crâne et tibias, f. XVIII, Louis xvi, bois peint et part, doré, h. 76

encensoir, têtes d'Angelots, f. XVIIIe-d. XIX, laiton, h. 26,5

Ostensoir-soleil attr. à Jehin, gloire avec Angelots, Epis et Raisins, couronne avec Delta mystique, striches et poinçons : Mons, fleur de lys couronnée et 64, daté 1764, argent, h. 68

porte-encensoir, XIXe, laiton, h. 140

reliquaire en forme de diptyque et contenant une centaine de reliques, XVIIe, métal et cuir (plus en place)

RELIQUAiRE-monstrance de St Jean-Baptiste, têtes d'Angelots, striches et poinçons : Mons, mitre avec IB et 54, daté 1754, argent, h. 35,5

DÉCORATION

clôture, XVII, bois peint et piques en fer forgé

lambris du chœur, 2e m. XVIII, Louis xv, bois à rehauts dorés, h. 160

porte (int.) de la sacristie, XVIII, chêne

FERRONNERIE ET QUINCAILLERIE

croix de clocher (2), XVIII (?), fer forgé : l'une surmontant le clocher et l'autre le chœur (non photographié).

FONTS BAPTISMAUX

à section octogonale, XVI, gothique, calcaire carbonifère, h. 114

LUMINAIRE

chandelier pascal, XVIe, fer forgé, h. 129

chandelier (1 de 11), têtes d'Angelots ou de Putti, 2e m. XVII, baroque, laiton coulé, h. 36 (5), 39 (2), 41,5 (2) et 43,5 (2)

MONUMENT FUNÉRAIRE

Monument funéraire (ext.) de Pierre Joseph Deneufbourg (t 1802) et de Marie-Anne DassonviUe (f 1794), pierre, 172X145

Monument funéraire (ext.) par Leclercq, de Mons, aux noms de Jean-Joseph Maistriau (t 1811), de Marie-Thérèse Deneufbourg (f 1804) et de Marie-Thérèse Maistriau (t 1838), signée, pierre, 208x78

PEINTURE

—- Adoration des bergers, en bas : armoiries des deux donatrices (retable de l'autel lat. S.), f. XVI-d. XVIIe, bois, 114X98

—Baptême du Christ, prov. d'un anc. autel (?), 2e m.XVIIe-lre m. XVIII, toile, 187X160 (avec cadre)

—Le Coup de lance (retable de l'autel majeur), don
d'Auguste Derbaix et de Marie P. Deneubourg en 1749
(d'après inscr.), toile, 174 X150

SCULPTURE

Calvaire, St Jean et la Vierge, lre m. XVI, gothique, bois polychr., h. env. 128, le Christ en croix copie f. xix*-d. xxe, la croix datée 1933, bois, Christ h.140

détails : statues de St Jean l'Evangéliste 128 cm [1501-1550]

de la Vierge 128 cm [1501-1550]

le Christ 140 cm [1891-1910]

Statue, St Jean-Baptiste, XVIIIe, socle avec cartouche Louis xv, bois polychr., h. 68cm de 1701 à 1800 Attribut: agneau, couronne, croix.

Statue, St Roch de Montpellier, XVIII, bois polychr., h. 72,5 date de 1701 à 1800 attribut: chien, ange, pain

SIÈGE

priedieu, XVIIIe(?), bois, 85x52x50 (non photographié).

SON

cloche, marraine Anne de Croy, datée 1682, bronze , il y est inscrit " très haulte et puissante dame Madame Anne de Croy Comtesse du Roeulx, Princesse du St-Empire, at esté Marinne" cette cloche pèse 150 Kg (non photographié).

cloche par les frères Drouot, parrains : Pierre Alexandre Deneufbourg et Adélaïde Cécile J. Beghin, datée 1818, bronze, h. 101 et diam. 100 , elle a été enlevée en 1044 par les Allemands, et pesait 530 kG

détail : vue part, de l'inscr. et du décor

La grosse cloche reprend le texte suivant: Constance je fus nommée l'an de grace M DCCC LIX (1859) par Mr Ferdinand-Bietremieux-Philippe-Toussaint Prince de Croy, et par son Altesse Madame Louise-Constance Princesse de Croy née Princesse de Croy-Soire, son épouse, Me Fudit Lovani Severinus Vanaerscodt. Cette cloche a également été enlevée en 1944, et pesait 960 Kg

Ces 2 cloches ont été remplacées en 1954 par 2 nouvelles pesant 910 Kg et 530 Kg. A cette date des marteaux latéraux sont installés en complément du système électrique pour sonnerie a la volée.

 

 

orgues : le buffet avec Trophées d'Instruments de musique, XVIIIe ou copie xix* (?), Louis xv, chêne

TABERNACLE

(baldaquin et) dais de procession, prob. 2e m. XVIII, Louis xv, bois part, doré, vue part. : un des montants

(baldaquin et) dais de procession, prob. XVIII, bois peint, vue part. : un des montants

tabernacle, Calice surmonté de l'hostie et tête d'Ange­lot, Pe m. XVII, Renaissance, bois, 72x56x37

TEXTILE

bourse (CoRPORALiER), Monogramme de Jésus, XVII,

velours rouge et broderies or .

chasuble, Couronnement de la Vierge par la Ste Trinité et emblèmes des pèlerins de St Jacques de Compostelle, prob. d. XVIIe, orfrois et soies de couleurs, fond en velours rouge .

(etole et) manipule, Monogramme de Marie, XVIIe, velours rouge et broderies or .

statue habillée, Vierge à l'Enfant, xrx*, bois polychr., h. 65, robes et voile lre m. xx", tissus bleu, blanc avec broderies, voile en tulle .

VITRAIL

Décollation de St Jean-Baptiste, 2e-3e t. XVIe, Renaissance (plus en place) .

SCULPTURE

Statue, Vierge à l'Enfant, XVIII, bois peint (plus en place)